Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Botazoom, Botanique et Iconographie

Botazoom, Botanique et Iconographie

Ce blog est destiné aux curieux de botanique. En s’appuyant sur les photos que j’ai pu faire en voyage, et sur de l’iconographie ancienne, il rentre un peu dans les détails qui m’ont permis d’identifier une espèce, mais son contenu doit être considéré comme celui d’une botaniste amateur !

Publié le par Claire Felloni
Publié dans : #iconographie, #Botanique, #voyages

Laissez-moi vous parler aujourd’hui des Onopordons que je connais. Le Pet d’âne (Onopordum acanthium L.) et l’Onopordon d’Illyrie (Onopordum illyricum L.) sont connus, distingués l’un de l’autre et donc représentés depuis fort longtemps puisqu’ils apparaissent côte à côte en 1581 dans un des premiers herbiers illustrés imprimés à Anvers, de Matthias de L’Obel : « Plantarum seu stirpium icones ».

Plantin fut une maison d’édition importante du 16ème siècle. Le principal artiste entre 1565 et 1573, pour les illustrations de Rembert Dodoens, Charles de l’Ecluse et Matthias de l’Obel était Pierre Van der Borcht. Il a réalisé plus de 3 180 études botaniques pour Plantin. Ces dessins ont servi de base aux gravures sur bois réalisées par trois des graveurs sur bois ordinaires de Plantin, nommés Arnold Nicolaï, puis Gérard van Kampen et Cornelis Muller. Les gravures sur bois ont ensuite circulé de l’une à l’autre publication des trois auteurs botanistes cités plus haut.

« Plantarum seu stirpium icones » de Matthias de l’Obel (1581)

« Plantarum seu stirpium icones » de Matthias de l’Obel (1581)

Le Chardon aux ânes (Onopordum acanthium L.) est un chardon qui peut atteindre une hauteur de 2 mètres. Son nom de Pet d’âne en langage courant est en fait une exacte traduction du grec Onopordon et d’ailleurs les ânes le consomment très volontiers. Ce sont des espèces à floraison estivale et les photos que je pose ici d’Onopordons sarthois sont prises un peu trop tôt en saison, si bien que les capitules sont en formation, par contre le feuillage bien frais donne une bonne idée du feutrage blanchâtre de surface encore plus dense au revers des feuilles et sur les tiges largement ailées et épineuses.

 Le Pet d’âne (Onopordum acanthium L.) à La Flèche (Sarthe)
 Le Pet d’âne (Onopordum acanthium L.) à La Flèche (Sarthe)

Le Pet d’âne (Onopordum acanthium L.) à La Flèche (Sarthe)

Bulliard, P., Flora Parisiensis (1776-1781) : le Pet d’âne (Onopordum acanthium L.).

Bulliard, P., Flora Parisiensis (1776-1781) : le Pet d’âne (Onopordum acanthium L.).

Dans le texte joint à cette illustration d’Onopordum acanthium trouvée dans Flora Parisiensis (1776-1781), de Pierre Bulliard, l’auteur donne le nom ordinaire d’Artichaut sauvage et relate que « les pauvres mangent dans quelques pays les jeunes têtes de cette plante, au défaut de celles de l’artichaut de jardin »

Flora Batava, Volume 2 (1807), de Jan Kops  (1765–1849) Illustrateur : Christiaan Sepp

Flora Batava, Volume 2 (1807), de Jan Kops (1765–1849) Illustrateur : Christiaan Sepp

L’Onopordon d’Illyrie pris en photos en Catalogne porte le même revêtement de surface mais la forme des feuilles est un peu différente : elles sont plus longues et plus découpées et les ailes de la tige sont plus étroites et très hérissées d’épines ; mais c’est surtout l’allure des bractées du capitule, lavées de rose vif et aux pointes retournées qui est remarquable sur cette espèce.

L’Onopordon d’Illyrie (Onopordum illyricum L.) en Catalogne
L’Onopordon d’Illyrie (Onopordum illyricum L.) en Catalogne

L’Onopordon d’Illyrie (Onopordum illyricum L.) en Catalogne

Il existe d’autres espèces dans le genre Onopordon en Espagne, comme par exemple le Chardon géant (Onopordon nervosum) ; je pense qu’il s’agit de celui-là sur les photos que j’ai pu prendre à Villafafila dans une grande zone aride et parsemée de lagunes de la province de Zamora (en Castille-et-León) connue surtout pour la présence des Outardes et de pigeonniers caractéristiques comme celui qu’on peut voir en arrière-plan sur ma photo, pour plus de renseignements à ce sujet voir aussi mon carnet de voyage de l’été 2009:

http://aquarelle-bota-clairefelloni.over-blog.com/article-35368869.html

Le Chardon géant (Onopordon nervosum) à Villafafila

Le Chardon géant (Onopordon nervosum) à Villafafila

Je ne peux pas terminer mon article sans vous montrer cette illustration de Gustave Doré qui se trouve dans le tome 18 de la Flore des serres et des Jardins de l’Europe de Van Houtte. Elle y était reprise d’un ouvrage de 1874: L'Espagne par Le Baron CH. Davillier; ilustrée de 309 gravures dessinées sur bois par Gustave Doré.

Une gravure de Gustave Doré (1874)

Une gravure de Gustave Doré (1874)

Commenter cet article

Elizabeth 18/05/2021 17:17

Voilà un article qui pique notre curiosité!!! Jolies gravures et joli gros plan de l'onopordon d'Illyrie. Amitiés

Claire Felloni 20/05/2021 11:04

Merci Elizabeth! Il manque quand même un peu dans mes photos, les capitules en pleine floraison, mais bon... ce sera pour un prochain été!